La vie expat

La vie expat

Dès le premier jour de la nouvelle vie dans le pays étranger, il s'agit de retrouver certains repères. La planification de nos occupations est indispensable au bon fonctionnement de la vie sociale. Aide psychologique peut vous aider, aussi.

A la recherche de bonnes adresses pour le pain, le timbre, le jambon ou encore le dentiste ou la manucure on s'apercevera que reconstruire une structure pour le bon déroulement du ménage au quotidien est une tâche qui tombe en grande partie sur des épaules féminines.

Les petits et plus grands bouts de chou à l'école, maman aura quelques heures à consacrer à l'installation de la maison. Les enfants seront bien sûr confrontés à une floppée de nouvelles frimousses et demanderont le chemin des toilettes et de l'infirmerie. Une fois survécu au ‘chaleureux' acceuil de la foule assistant à la départition des classes au lycée, l'intégration des enfants sera d'autant plus facile qu'ils auraient été bien préparés, par exemple, pendant des scéances questions-réponses avec maman et papa.

Monsieur, lui comptera pour les affaires de maison sur sa partenaire car il sera vite appelé à montrer ses performances au bureau. Sa structure de base journalière étant reglée par l'horaire du travail et les demandes des supérieures, il sera tout de même sollicité à s'adapter à une autre culture générale et de travail, un autre climat, un autre poste etc.

Reconstruire une structure et des repères de fonctionnement n'est pas seulement indispensable pour trouver des solutions aux questions pratiques quotidiennes. Il s'agit là, à la fois d'une nécessité, souvent prise comme évidente, et une réaction instinctive à un problème naturel et structurel de fonctionnement de notre cerveau. Cette réaction instinctive de structurer et mettre de l'ordre dans notre vie et notre environnement vient du simple faite que mentalement nous sommes obligés de faire un tri parmi tout les stimulants qui viennent tintiller nos sens. Sans cela nous perdrons vite tous nos moyens et notre cerveau ressemblera à un ordinateur après un crash.

Ce pilier fondamentale du bon fonctionnement mentale fait probablement parti de notre équipement génétique, tout autant comme le fameux module linguistique. Cela se laisse supposer puisqu'on sait que la formation de classes dans le tri des objets quotidiens auxquels les tout jeunes enfants sont confrontés, fait parti de leurs premiers constructions mentales et abstraits à la base, d'entre autre la mémorisation de données et d'expériences personnelles.

Si nos bambins apprennent assez tôt que les fleurs ne font pas partie de la classe des légumes et que des chaises sont du mobilier de maison et non des ustensils de cuisine, c'est donc parce que ceci résulte à une économie très considérable pour le fonctionnement de notre cerveau et qui rends notre vie plus facile. Une autre structuration nécessaire est celle de la plannification de notre vie de tous les jours.

La planification de nos occupations n'est pas seulement indispensable au bon fonctionnement de la vie sociale, mais nous apporte également une partie de notre santé mentale. Le fait qu'on peut prévoir des événements dans notre environnement, nous donne une impression de stabilité, de contrôle et encore de sécurité. C'est pour cela qu'il est très important pour le bon développement des enfants, qu'on leur offre régularité et prévisibilité.

La régularité dans leur vie, leur permets effectivement de prévoir dans l'avenir à court terme, ce qui les aide justement à structurer leur vie. Ils en ont besoin pour déchiffrer le chaotique des évènements, objets, expériences etc. Donner un sens est aussi indispensable pour leur équilibre mental que la nourriture saine l'est pour leur équilibre physique. Ce qui vaut d'ailleurs tout aussi bien pour les adultes, mais ce qui distinguent les enfants dans ce besoin de structure et de sens, c'est que leur autonomie est beaucoup plus réduite puisqu'ils sont totalement dépendants pour leur survie des adultes.

Cette autonomie réduite mène aussi à un besoin plus important de se sentir en sécurité et quand on peut plus ou moins, prévoir les événements, il y a déjà moins de raisons pour s'inquiéter. C'est aussi pour cela que des règles claires et conséquentes en ce qui concerne la discipline, sécurisera mieux les enfants. Ceci leur permet de prévoir le comportement et les exigences des adultes dans leur vie. S'ils sont naturellement inclinés à tester ces règles, c'est justement parce que ceci leur permets de s'apercevoir du niveau de solidité de la structure.

Le besoin d'une certaine structure et régularité étant évident, il reste la question de comment la mettre en place. Faut-il copier une partie de la structure qu'il y avait dans le pays d'origine? Il est aussi logique que certaines habitudes et règles de vie se laisse facilement reprendre et d'autres ne pourront être appliqué car ils ne seront pas compatibles avec la nouvelle culture ou organisation sociale. Aussi, tout déménagement est une excellente occasion d'évaluer l'organisation en place, ainsi que les règles existantes, mais certainement pour les tout jeunes enfants, il sera mieux de reprendre un maximum de la structure précédente pour les aider dans un premier temps, de retrouver des repères.

L'autre côté de la médaille de la structure est bien sûr la vertu de la flexibilité. Dans ce monde de changements perpétuels et rapides, la flexibilité est tout aussi bien nécessaire et un déménagement international sera une bonne occasion de l'appliquer d'autant plus qu'on sera confronté à un autre mode de vie. Trouver cet équilibre entre structure et flexibilité demande parfois du temps, de la persévérance et de la créativité, mais il faut bien se dire qu'on ne peut se montrer flexible lorsqu'on part d'une structure de base, qui servira de racines de stabilité.

Ces racines se construisent tout d'abord à partir de la maison, le nid d'origine. Lorsque les objets de maison en déménagement arrivent à la nouvelle adresse à l'étranger, madame se mettra à déballer les cartons. Ce travail indispensable fera partie justement, de la reconstruction de repères puisqu'avec chaque objet familier et personnel sorti du carton, un univers connu et rassurant refera surface. C'est dans un nid stable et structuré, que chaque individu trouvera le courage et l'assurance en soi pour déplier les ailes dans le monde extérieure et c'est dans ce havre de paix qu'il ou elle retournera pour refaire le plein de force.

L'auteur a elle-même vécu l'expérience de plusieurs déménagements internationaux et la vie d'expatriée, et a travaillé également pendant plusieurs années, d'une façon thérapeutique avec des expatriés de différentes nationalités.

Après cette expérience enrichissante, elle est retournée dans son pays d'origine et elle y a été confronté au ‘reverse culture shock'. De cette façon elle est bien placée pour aider en matière de difficultés psychologiques qu'amène la globalisation.


Cet article fut écrit par Muriel Lahor, Psychothérapeute Intégrative, spécialiste de la psychologie par Internet, qui travaille dans l'équipe du site Therapion.com